Rurrenabaque

Sourires pour les retrouvailles

Sourires pour les retrouvailles

Ca y est, les vacances à 4 commencent. Nous avons récupéré Guy et Brigitte, les parents d’Emilie, à l’aéroport de La Paz à 1h30 du matin, et en un seul morceaux !

Après une nuit dans un petit hôtel afin qu’ils se reposent, nous repartons à l’aéroport pour débuter notre « marathon » Bolivien, direction l’Amazonie et Rurrenabaque. Nous prenons un petit Jet pour 25mn de vol (nous épargnons ainsi à nos invités les 18h de bus !) et survolons la cordillère royale puis la forêt amazonienne, dense, les fleuves comme seuls dessins. Le dépaysement commence dés l’avion.

Le blanc avant le vert

Le blanc avant le vert

Serpent d'eau au milieu des arbres

Serpent d’eau au milieu des arbres

La team Nonnotte au top !

La team Nonnotte au top !

Rurrenabaque est le point de départ pour les périples dans la selva et la pampa. Petit village typique et sympathique, un paramètre nous avait échappé : c’est aussi un lieu de fête. Nous le découvrons lors de notre nuit dans un hôtel dans lequel la musique à fond, les cris puis les vomissements de nos voisins nous ont empêchés de dormir (sauf Guy et ses boules Quiés). Malgré tout, nous nous levons, motivés pour attaquer nos 3 jours dans la pampa.

C'est parti !

C’est parti !

Direction Santa Rosa (3h de 4×4 sur de la piste tape cul pour bien se réveiller) pour prendre une barque à moteur et rejoindre notre lodge.

Qui veut faire un bisous à l'Alligator ?

Qui veut faire un bisous à l’Alligator ?

Très rapidement, nous prenons nos premières claques : les alligators, caïmans, capybaras, dauphins roses et une grande palette d’oiseaux nous accueillent dés les premiers kilomètres ! Nous sommes immédiatement immergés dans ce monde qui nous est inconnu, que nous ne connaissons que par les reportages National Géographic.

Les dauphins roses nous accompagnent sur le Rio

Les dauphins roses nous accompagnent sur le Rio

Le grand Héron Blanc

Le grand Héron Blanc

 

Gros coup de coeur sur les Capybaras !

Gros coup de coeur sur les Capybaras !

Héron géant

Héron géant

 

Ben fais pas la gueule, t'es mignon !

Ben fais pas la gueule, t’es mignon !

Les animaux foisonnent dans tous les sens, nous ne savons pas où fixer notre regard tellement ils sont nombreux, dans l’eau, sur la berge ou dans les airs. L’émerveillement est au rendez-vous et nous ne voyons pas les 3 heures de barque passer. Nous avons même la chance de croiser les célèbres singes hurleurs, très difficiles à observer sur cette partie du rio.

Rudimentaire mais parfait !

Rudimentaire mais parfait !

Le lodge dans lequel nous passons les 2 nuits est rudimentaire mais suffisant pour bien dormir et à l’abri du bruit. Au milieu de la pampa, les singes écureuil et les capucins nous tiennent compagnies. Nous sommes seulement réveillés par le bruit des oiseaux et des cris des singes hurleurs. En plus la bouffe est bonne, nous ne sommes pas loin de la perfection.

6h du matin, le soleil nous offre un paysage de plaine africaine

6h du matin, le soleil nous offre un paysage de plaine africaine

Le lendemain de notre arrivée, nous nous levons tôt afin d’aller écouter les oiseaux sur le rio puis assister au lever du jour au milieu de la pampa. Puis retour au lodge pour le petit déjeuner avant de partir à la chasse à l’anaconda dans les marécages.

Petite pause à l'ombre, les pieds dans l'eau

Petite pause à l’ombre, les pieds dans l’eau

L’expérience en vaut le détour ! De l’eau (et de la boue) jusqu’aux genoux, des ronces de partout et des insectes peu accueillants ! Guy s’est retrouvé coincé dans la boue, puis les Nonnotte se sont fait attaquer par des mouches aux piqûres très douloureuses. Que du bonheur !

 

Facile de faire le malin avec un bébé...

Facile de faire le malin avec un bébé…

 

Malgré notre traque acharnée, nous ne levons pas le « gibier » recherché. Puis, alors que nous repartons, l’un des guides nous appelle. A défaut d’un monstre de 8 à 12m, il nous montre un petit bébé de 3 mois d’à peine 1,5m. Malgré tout, nous sommes tous heureux d’avoir une récompense à nos efforts et prenons la pause avec le trophée tant convoité.

Le sourire est là mais pas les prises !

Le sourire est là mais pas les prises !

 

 

Petit bain au milieu du Rio

Petit bain au milieu du Rio

L’après-midi est plus reposante et ludique : une partie de pêche aux piranhas ! Sur la route, nous croisons l’un des occupants phare du Rio : le buffle sauvage, énorme, massif, imposant.

Armés d’un simple fil et d’un hameçon de viande, la compétition commence. En jeu, l’apéro du soir. Rien ne sert de faire durer le suspense, le couple Legrand-Nonnotte l’emporte largement 8 prises à 0 ! Bon, uniquement des petits et un poisson chat (remis à l’eau) mais l’apéro était dans la poche. Brigitte a un moment cru qu’elle avait une grosse prise « Venez m’aider, il est tellement gros que je n’arrive pas à le remonter ! ». Ni une ni deux, tout le monde se mobilise pour remonter le monstre : une belle branche de bois ! Fou rire assuré ! Qui plus est, il s’avère que ces poissons sont excellents à manger !

A la queue leu-leu, à la queue leu-leu, aaaa ....

A la queue leu-leu, à la queue leu-leu, aaaa ….

Black caïman de 6m au premier plan

Black caïman de 6m au premier plan

Nous repartons afin de profiter de notre lot bien mérité, et, cerise sur le gâteau, assister au coucher du soleil. Sur la route, une nouvelle fois, le spectacle des animaux sauvages nous subjugue.

Eye of the Gator

Eye of the Gator

Jo je m'entraine !

Jo je m’entraine !

 

Après une petite partie de foot et quelques bières, nous retournons à notre lodge, de nuit, à la recherche des yeux des alligators brillant dans la nuit.

Entourés d'alligators et de piranhas, ils ont le sourire

Entourés d’alligators et de piranhas, ils ont le sourire

Après une bonne nuit et un réveil aux cris des singes hurleurs (le bonheur !), nous attaquons le dernier jour (déjà !) par un défi à la hauteur du courage de Guy et Emilie : la baignade dans le rio à côté des dauphins roses.

Brigitte et moi, frileux et dédiés à la prise de photo, restons sur la barque. Nous les interpellons « ils sont là » « non là », « derrière vous », et nos deux nageurs de se démener afin d’essayer de se rapprocher de leurs cibles. Même si ils n’ont pas pu nager avec eux, ils étaient tout de même à moins de 10m et les apercevaient percer le Rio de leurs petits ailerons.

Puis c’est rapidement l’heure du retour. Pleins de souvenirs dans la tête, nous reprenons une claque de faune, comme un bouquet final pour nous dire au revoir.

Spatule rosé

Spatule rosé

aigle pêcheur

aigle pêcheur

 

Martin pêcheur d'amazonie

Martin pêcheur d’Amazonie

 

Martin pêcheur d'Amazonie 2

Martin pêcheur d’Amazonie 2

Marabout ?

Marabout ?

 

Héron tigré

Héron tigré

 

 

 

 

 

 

Non identifié

Non identifié

 

Une nouvelle fois non identifié (connexion internet pourrie) ...

Une nouvelle fois non identifié (connexion internet pourrie) …

Nous terminons heureux cette première expérience, avec l’impatience de voir le reste. Les mésaventures du jour suivant nous ferons craindre le pire, mais cela, nous vous le conterons dans un prochain article !

Pour les fans des Nonnottes, et ils sont nombreux, un petit album dédié sur Facebook : cliquez ici.

 

One Response so far.

  1. catherine humbert -droz dit :

    petit message sur Facebook FORMIDABLE!!juste oublié de vous dire que les poules vont bien elles ont élues domicile chez nous avec diesel comme copain je tel a ta mam bribri b pleins de bisous

Leave a Reply