Le Machu Picchu

Pour être honnête, nous nous sommes décidés au dernier moment à aller visiter ce site « incontournable », et ce pour deux raisons : le prix et la foule de Gringos en mode Disneyland. Mais, finalement, il nous a semblé impossible de repartir du Pérou sans faire un saut par ce mythe, 8éme merveille du monde. Et avec le recul, nous ne regrettons pas de l’avoir fait, surtout que nous avons réussi à fortement diminuer le coût de cette excursion.

A ne pas traduire pour nos parents ...

A ne pas traduire pour nos parents …

Vite vite avant que le train n'arrive

Vite vite avant que le train n’arrive

Après près de 8h de mini bus, dont 2 à flanc de ravin en mode tape cul, nous arrivons au pied d’une centrale hydroélectrique. C’est de là que commence notre trip Machu : 2h de marche le long d’un chemin de fer (en activité) afin de rejoindre Aguas Calientes, la ville au pied de la montagne sacrée. Ces heures de route et cette marche ont pour seul objectif de ne pas prendre le train depuis Cuzco, via la ligne de chemin de fer la plus chère du monde au km (de 150 à 400$ A/R/pers. pour 2h de train).

Euh, fais gaffe, t'as un truc dans le dos

Euh, fais gaffe, t’as un truc dans le dos

Qui plus est, la marche est très sympa à faire, à travers la selva et le long d’une rivière, et il faut l’avouer, ce n’est pas commun de surveiller qu’un train n’arrive pas dans votre dos pendant que vous vous promenez tranquillement.

Nous terminons de nuit et fonçons à l’hôtel pour nous préparer des sandwichs et nous coucher rapidement. Car le lendemain, levé à 3h40 pour attaquer la montée du Machu et arriver parmi les premier pour apprécier le site sans trop de monde partout (et aussi pour économiser les 10$ de bus/pers.). Surtout qu’il faut être en forme : cette ascension n’est, comme la citadelle, pas commune : 1 700 marches de pierre, toutes de tailles différentes (plus que la tour Eiffel).

Nous attaquons l’ascension à 5h, à l’ouverture des portes de la montagne, sans réellement savoir ce qui nous attend. Il y a déjà pas mal de monde sur le chemin, nous sommes des centaines à privilégier cette solution. Notre objectif est simple : arriver avant les premiers bus prévus à 5h50. Après 10 mn, nous décidons de nous séparer avec Emilie, afin que je nous garde une bonne place dans la file. Il faut normalement un peu plus d’une heure pour l’ascension, il m’a fallu 36mn et Emilie 56 ! Les vieux sont encore en forme ! Comme je suis arrivé parmi les premiers, Emilie a pu me rejoindre afin de profiter de la vue du site sans affluence et surtout choisir une bonne place pour attendre le levé du soleil.

On y est !

On y est !

Dur de décrocher son regard

Dur de décrocher son regard

Et le spectacle vaut le coup. nous étions d’ailleurs tellement bien devant cette vue apaisante que nous avons zappé le guide et le groupe qui nous attendait pour les explications et la visite. Mais le plus important était devant nous : la citadelle du Machu Picchu, tout doucement illuminé par ce soleil que les Incas adoraient tant.

La vallée sacrée

La vallée sacrée

 

 

 

 

Nous n’allons pas vous conter l’histoire de ce lieu car même les historiens ne sont sûrs de rien (comme pour les lignes de Nazca). Ce qui est sûr, c’est qu’il a fallu un sacré courage et une motivation sans faille pour construire un tel édifice à plus de 2400m dans une nature dense comme la selva.

Vue de carte postale

Vue de carte postale

Celle-ci pourrait également faire l'affaire !

Celle-ci pourrait également faire l’affaire !

Lorsque l’on visite le machu comme nous avons choisi de le faire (en mode éco), il faut repartir le jour même, tôt, ce qui ne laisse que quelques heures pour profiter du lieu. Alors on se laisse à la contemplation sans regret pour les visites guidées, qui nous auraient pris la moitié du temps à disposition.  Comment ne pas avoir envie de marcher pour profiter à fond de ce spectacle ? Petite touche supplémentaire, quelques lamas se baladent au milieu de la « place principale », rajoutant une touche dépaysante.

Nouvelle dédicace à Nadine !

Nouvelle dédicace à Nadine !

Vue de la place principale vers le sommet de la citadelle

Vue de la place principale vers le sommet de la citadelle

La seule chose que l’on pourrait reprocher au lieu ? Le nombre de marche ! Après les 1700 pour atteindre l’entrée du site, c’est encore plus de 1000 qui nous sont offertes pour faire la visite et accéder à l’un des points de vues les plus beaux, Inti Punku.

Autant vous dire que les jours suivants, la simple vue de marche à gravir nous donnait envie de nous enfuir !

 

Vue depuis Inti Punku, 1h de marche plus haut

Vue depuis Inti Punku, 1h de marche plus haut

 

Et maintenant, on redescend !

Et maintenant, on redescend !

Après un peu plus de 4h sur le site, il était déjà temps de redescendre, fatigués mais heureux d’avoir fais quelques efforts pour s’offrir ce spectacle. Le plus dur, sans aucun doute, fût le retour jusqu’à la centrale éléctrique (plus de 2h30 VS 2h à l’aller), morts de fatigue et les jambes endolories, suivi des 7h de mini bus pour rentrer à Cuzco ! Vous pouvez être sûr que nous avons bien dormi, surtout que le lendemain soir, nous repartions pour 10h de bus, cette fois-ci pour une destination que nous attendions avec impatience depuis que nous pensions à ce voyage : une immersion de 4j en forêt amazonienne !

 

One Response so far.

  1. Raph & Jess dit :

    Salut les amoureux de l’autre bout du monde ;o)
    Pourquoi est-ce que je ne suis pas étonné de lire que tu ai gravi un sentier en 36 minutes, indiqué pour 60…? ;o) Tu vas répondre que c’est de la galanterie ? !!
    Les paysages valent carrément la fatigue ! Et nous comprenons très bien que vous soyez restés en admiration devant le panorama plutôt que d’être allé écouter un guide (aussi intéressant soit-il bien sûr !).
    Jess se demande si vous apprendrez à vos enfants à jouer au petit train ?
    Des bécots !

Leave a Reply