Après des premiers jours très agréables et riches de rencontres sur Santa Cruz, nous sommes partis passer la journée à Floreana, avec deux objectifs principaux : voire des tortues géantes (on ne s’en lasse pas !) et, surtout, plonger avec les tortues marines (de l’espèce Chelonia mydas agassizi ).

Floreana est à 2h de bateau rapide (400cv) et ça remue pas mal. Emilie a tenu le coup grâce à une concentration de tous les instants, surtout que nous n’étions pas très bien placés. Pour ma part, j’aime bien,

Le pacha surveille son harem

Le pacha surveille son harem

c’était peut-être même mieux que le roller coster aérosmith de Disneyland Paris (tu te souviens Guy ?). Les efforts de ma belle sont vite récompensés : nous sommes

Le comité d'accueil

Le comité d’accueil

accueillis pas de nombreuses otaries, dont une fait même le siège de la zone de débarquement, il faut passer doucement afin de ne pas susciter un grognement menaçant ! (et oui, on la réveille).

Une fois le pied à terre et en sécurité, nous prenons un « bus » pour nous rendre à l’intérieur des terres (10mn de trajet) afin de retrouver à nouveau nos grosses copines préhistoriques. Une fois arrivés, nous profitons d’un paysage magnifique et luxuriant, croisons de nouveaux pinsons de Darwin endémiques de l’île (les différencier est bien trop compliqué pour nos yeux d’amateurs…) et, après une petite marche, tombons nez à nez avec nos courtisées demoiselles.

Qui regarde qui ?

Qui regarde qui ?

Les yeux dans les yeux

Les yeux dans les yeux

 

 

 

 

 

 

 

Nous ne nous lassons pas de ce spectacle tant il est rare et reposant (vitesse de pointe de 300m/heure). Ici, les tortues ont été totalement anéanties fin XIXéme, début XXéme par les pirates puis les baleiniers, qui s’en servaient pour se nourrir et s’éclairer. Les spécimens que nous croisons on été réintroduits par les habitants de l’ile à partir de 1960.

A table !

A table !

Nous les observons un long moment avant de reprendre notre route, direction un petit restaurant de plage pour prendre, nous aussi, notre déjeuner.

Sur la route du retour, nous profitons du paysage grandiose et croisons une

Grosse tête de Floreana

Grosse tête de Floreana

étrange statue, apparemment confectionné par des allemands au début du XXéme siècle. Cela nous fait penser aux statues si emblématiques et énigmatiques de l’ile de Pâque, le mystère en moins.

 

Panorama de Floreana

Panorama de Floreana

Après le déjeuner, direction la plage pour la session de snorkeling tant attendue. Nous prenons la direction d’une zone connue dans laquelle les tortues marines ont l’habitude de venir se nourrir des algues présentes sur les rochers. Sur la route, nous croisons une espèce

Iguane Marin de Floreana

Iguane Marin de Floreana

d’Iguane Marin uniquement présent sur Floreana, plus coloré et un peu plus gros que ses congénères de Santa Cruz. Egalement au programme un ballet de

Frégates, mâle et femelle

Frégates, mâle et femelle

Frégates dans le ciel (nous espérons croiser plus tard ces mêmes oiseaux faisant leur parade, un spectacle magnifique parait-il).

Une bonne mise en bouche avant la plongée, une première pour Emilie avec masque et tuba. Et quelle première ! C’est une frustration pour nous, et je pense aussi pour vous amis lecteurs, mais il faudra attendre notre retour sur le continent afin de faire développer les photos du Kodak jetable utilisé sous l’eau. Car le spectacle en valait la peine ! Nous avons pu nager avec une bonne dizaine de tortues marines et autres poissons tropicaux. L’eau n’était pas toujours très claire car ces énormes animaux déplacent beaucoup de sable et d’algues lorsqu’elles se nourrissent, mais nous en avons profité à fond tout de même. Nous avons même eu la chance d’avoir une otarie qui est venue nous saluer, passant juste en dessous de nous (il y avait à peine 2,5m de profondeur) avec la délicatesse qui caractérise cette espèce sous l’eau. Vous pourrez tout de même vous faire une idée de ce avec quoi nous avons partagé notre bain grâce à une photo prise depuis le port :

Tortue Marine

Tortue Marine

Ce fût un super moment. Je ne pensais pas que ces animaux étaient aussi gros (près d’1,2m pour la plus grosse croisée ce jour-là) et, malgré leur poids, aussi gracieux dans l’eau. Même si Emilie a eu un peu peur de les approcher, nous en gardons un très beau souvenir.

Puis l’heure du retour a sonné. Comme un bel au-revoir, une otarie nourrissait son petit sur l’embarcadère, et

Trop touchant

Trop touchant

nous sommes donc repartis, heureux, avec cette image dans la tête, à côté de toutes les autres.

Pour le retour, nous sommes montés près du capitaine du bateau. Moins de remous et mieux installés, le retour s’est bien mieux passé (même si par contre on prenait plus d’eau !).

Nous avons en plus eu le droit à quelques belles rencontres sur le chemin : des raies manta faisant des sauts hors de l’eau et quelques otaries. On vous le redit, cette journée était somptueuse.

Le retour, mouillés mais heureux !

Le retour, mouillés mais heureux !

2 Responses so far.

  1. BILLEREY dit :

    Coucou..

    Encore une journée bien remplie et mémorable pour vous.
    Impressionnant de pouvoir cotoyer des animaux de si près…touchante la maman otarie..c’est mon coup de coeur du jour…ah, non, j’oubliais, j’aime bien aussi vos ‘bonnets’..(lol)
    BISOUSSS
    NADINE

  2. Coucou,

    Quelle journée magnifique et enrichissante pour vous mais aussi pour nous.
    Merci de nous la faire partager.
    Nous avons de plus en plus hâte de partir vous rejoindre.
    Nous vous embrassons très très fort.
    A bientôt pour de nouvelles aventures et de superbes animaux à contempler.
    Bibi et Guy

Leave a Reply