De Quito à Cuenca

Ca y est, nous débutons notre descente vers le Pérou. Après une nuit passée chez notre famille Equatorienne à Quito, direction Baños. Environ 4h30 de bus en mode parano : nous avions été prévenus que les vols étaient nombreux sur cette liaison et, au départ du bus, nous avons eu le droit à un briefing de la police pour nous expliquer comment surveiller nos affaires ! Mais tout s’est bien passé et nous sommes arrivés dans cette petite bourgade perdue dans une vallée entourée de volcan. L’un d’eux, le Tungurahua, est très actif, la dernière éruption importante ayant eu lieu il y a 6 ans. C’est très impressionnant car nous l’entendions toute la journée craquer, souffler, croyant au départ à un gros orage. La ville tient d’ailleurs son nom des bains thermaux dans l’eau chaude et pleine d’oligoéléments du volcan. Nous avons testé les bains, c’est agréable, même si je n’ai pu tenir que 2mn montre en main dans le bassin le plus chaud (50° – Emilie n’a pas réussi à y rentrer). Par contre, nos 2 tentatives pour aller observer les coulées de lave du volcan (une de nuit l’autre au

Baños

Baños

petit matin) n’ont rien donnée à cause d’un temps très couvert. C’était un peu la scène des randonneurs dans laquelle Poelvoorde dit à ses clients « Bon, là, il faut faire un effort d’imagination… ». La tentative au petit matin nous a tout de même permise de faire une randonnée d’un peu plus de 3h, parfois difficile, mais grâce à laquelle nous avons eu un beau point de vue sur la ville.

Le temps fort de cette escale était une rando-vélo de 61 km entre Baños et Puyo, la plus belle route du pays, surtout lorsqu’on la fait en vélo. Puyo est la première ville de la forêt amazonienne dans cette région, et il est vrai que la route, qui DSC02721serpente dans la montagne au milieu d’une forêt d’altitude luxuriante, est magnifique. Nous avons fait une pause d’une heure pour aller voir l’une des plus belles cascades d’Equateur, la cascade du Diable.DSC02720

IMG_0039

Cette pause nous a peut-être été fatale sur la fin : après plus de 5heures de vélos, et alors qu’il ne restait plus que 8kms, nous avons découvert ce qu’est une tempête tropicale. Nous nous serions baignés tout habillé, le résultat aurait été le même. Nous avons bien essayé de faire plusieurs pauses, de s’abriter et de repartir quand cela semblait se calmer, nous avons dû nous résigner à faire les quelques derniers kilomètres sous la tempête. Résultat : nous nous sommes directement rendu au terminal de bus à l’arrivée à Puyo pour repartir dans l’autre sens, pour éviter de choper une bronchite sévère.

Nous devions après Baños trouver un Tour de quelques jours pour la forêt amazonienne, mais les prix exorbitants et une météo tropicale adéquate pour les poissons nous ont fait y renoncer. Ce n’est que partie remise, au Pérou ou en Bolivie.

Du coup, nous avons continué notre descente vers le sud du pays. Première étape à Riobamba, car nous voulions prendre un petit train typique, à flanc de montagne, assis sur le toit. Mais voilà, une nouvelle fois trahi par notre guide lonelyplanet (que j’ai hâte de déchirer et de jeter malgré les 22€ investis), nous découvrons en arrivant que la liaison n’existe plus et qu’il faut le prendre dans une ville un peu plus bas (2h de bus en plus). Nous ne sommes donc restés que quelques heures à Riobamba (la ville n’a aucun intérêt, surtout pour nous) et sommes repartis direct pour Alausi, la ville en question. C’est que nous voulions le prendre ce petit train, pour voir la fameuse « Narriz del diablo » ! Et nous l’avons pris le jour même, en fin de IMG_0043journée. Et ce malgré le prix indécent. Et ce malgré le temps. Et ce malgré le fait que le train n’avait plus rien de typique et qu’il était impossible de monter sur le toit. Après une première impression sympathique (petite gare et rails en plein milieu de la ville), quelle déception ! Le paysage n’a rien d’exceptionnel, surtout par temps couvert, et le parcours, soi-disant à flanc de montagne, n’a rien d’impressionnant. Bref, à vite oublier et à déconseiller aux amis !

Du coup, après un courte nuit de sommeil (hôtel très bas de gamme sur rue très bruyante), départ à 6h30 pour Cuenca. C’est pour certain la plus belle ville d’Equateur, pour d’autre la seconde derrière Quito. Et pour nous une confirmation : les villes ne sont pas faites pour nous ! Après 2h30 de balade, nous en avions fait le tour. Comme à Quito, l’intérêt principal réside dans les Eglises (les musées en moins) et la ville en elle même ne dégage, pour nous, pas de charme. IMG_0060Nous pensions rester 3 jours, ce ne sera qu’un et demi, le temps, le lendemain, d’aller faire une randonnée dans un parc national à 1h de bus : le parc de Cajas.

Forêt de Quinoa

Forêt de Quinoa

La balade était très agréable, au milieu de dizaines de petits lacs, un paysage parfois mystique nous rappelant un peu les Cairngorns en Ecosse. Mais le froid et surtout la pluie qui arrivait (« très forte » selon le Ranger) nous ont fait écourter la promenade après un peu plus de 3h de marche agréable (mais parfois difficile, c’était notre retour au 4000m).

IMG_0075

Et demain, direction Loja, 5 nouvelles heures de bus !

One Response so far.

  1. bibi et guy dit :

    Effectivement banos d’après la photo est une petite ville , mais malheureusement vous ne pouvez pas profiter de bains car trop chauds .C’est dommage après une balade à vélo et en plus sous la pluie vous auriez apprécié un petit moment de relaxation dans un bon bain chaud.Nous aussi nous avons des rails en plein milieu de la ville mais c’est pour le tram.(lol)Enfin, le principal c’est que vous alliez bien même si ce n’est pas toujours parfait.C’est ça l’aventure….!On vous fait de gros gros bisous et continuez à vous éclater
    BIBI GUY

Leave a Reply