Première étape de cette partie du voyage, Loja, dernière étape avant le Pérou. C’est une ville assez grande située

Loja

Loja

dans une vallée verdoyante. Rien de spéciale mais pourtant l’ambiance y est agréable, certainement dû au fait que c’est une ville très propre (un modèle écologique en Equateur) parsemée de parcs assez sympas. Le temps était couvert

Colibri près de loja

Colibri près de loja

mais cette fois, nous y étions préparés : chaussures de rando, manteaux et pantalons de pluie nous ont tout de même permis de faire deux balades autour de la ville.

La première s’est faite dans le parc de l’université, une forêt très étendue qui nous a permis d’avoir un point de vue dégagé sur Loja et d’observer quelques oiseaux (hélas pas possible à prendre en photo à part un colibri qui nous avait pris en affection !).

La seconde nous a amenée au parc Podocarpus, réputé pour avoir une faune

On profite bien du point de vue après 2h de montée

On profite bien du point de vue après 2h de montée

riche dans une forêt de nuage (forêt humide d’altitude). Nous n’avons pas pu

Ca s'est de la forêt !

Ca s’est de la forêt !

faire le trek de 2 jours qui nous aurait permis de l’observer, mais la balade, bien que mouillée, a été sympa. Les oiseaux, que nous entendions partout autour de nous, n’ont pas montré le bout de leur bec, mais leurs chants très variés ont suffit à notre plaisir au cours des 5h de marche. Et la forêt dense, en plus de nous protéger un peu de la pluie, était très agréable pour se promener.

Cela nous a également permis d’avoir, lors de l’un des rares moments découvert, un point de vue sur la vallée de la longévité, connue pour être l’endroit en Equateur où la moyenne d’âge est la plus élevée.

Vallée de la longévité

Vallée de la longévité

Autre petit point amusant de Loja, qui nous a rappelé Buenos Aires (et oui, il n’y a pas eu que des mauvais

Vue depuis la fenêtre de l'hôtel

Vue depuis la fenêtre de l’hôtel

souvenirs là-bas …), c’est que les perroquets sont très nombreux au coeur même de la ville. C’est toujours dépaysant de voir ces oiseaux magnifiques et aux cris si reconnaissable dans un contexte urbain, d’autant plus qu’ils étaient juste devant la fenêtre de notre hôtel.

Après Loja, direction le Pérou ! Nous avons choisi de passer la frontière à Macala, réputée plus tranquille et simple que près de la côte, où les premières plages du Pérou, bien qu’agréables, drainent un trafic de drogue important. Et donc une frontière plus galère entrainant des fouilles qui rallongent considérablement le temps de parcours. Déjà que nous avions 8h de bus, autant ne pas s’en rajouter ! Le passage à la frontière s’est déroulé comme prévue, sans accroc, rapide, et heureusement car les 8h se sont finalement transformées en un peu plus de 9… Le passage au Pérou est assez radical. Les villages que nous avons croisés étaient très pauvres, limite bidonville, et nous avons été étonnés de ce « spectacle », comprenant rapidement que le Pérou était bien moins riche que l’Equateur. Puis très rapidement, le paysage change, devient sec pour se transformer en désert, c’est très étonnant. Cela ressemble énormément à certains paysages du Maroc ou de la Tunisie. Puis nous sommes arrivés à Piura, ville immense dans laquelle nous devions passer une nuit avant de repartir le lendemain pour 4h de bus. Mais voilà, en arrivant, la ville ne nous a pas plu du tout et lorsque nous avons vu la possibilité de reprendre un bus après 2h de pause pour aller directement à notre prochaine étape, nous n’avons pas hésité une seconde. Nous avons pris nos tickets et nous nous sommes installés dans la salle d’attente (Emilie a pu apprécier son premier tv novelas), quitte à se faire une grosse journée de bus, autant y aller à fond ! Nous sommes donc arrivés à Chiclayo en fin de journée après, pause incluse, près de 15h de voyage ! Cette ville étape nous a vu rester 2 nuits uniquement parce qu’Emilie a fait une allergie qui l’a obligée à rester allongée une demie journée. Nous en avons profité pour nous reposer car, finalement, nous en avions besoin après la journée de transport pendant laquelle nous avions peu dormi. Nous avons tout de même regretter la seconde nuit car nos voisins ont décidé de se faire une partie de jambes en l’air torride de 4h à 5h30 ! Et les

Pause Inka Cola bien méritée (juste pour la photo, c'est dégueulasse !)

Pause Inka Cola bien méritée (juste pour la photo, c’est dégueulasse !)

mûrs était vraiment peu épais … Nous en avons bien ris tout de même et sommes repartis le lendemain pour la côte péruvienne, à Huanchaco, à seulement un peu plus de 3h de bus, petite ville très sympa qui nous a permis de bien nous reposer (super hôtel), de manger du poisson frais et de faire nos premières visites de sites historiques.

Avant d’attaquer le sud et les sites Incas, nous avons découvert la civilisation Mochée, qui a vécu de 1200 à 1480 dans la région, avant de se faire anéantir par… Les incas. C’est le seul point d’histoire que vous aurez, le musée était fermé !

Le site de Chan-Chan est le mieux conservé, au sein d’une ville qui à l’époque s’étendait sur 28km2. Au milieu d’une zone désertique, juste à côté de l’océan, nous avons flâné une matinée, s’imaginant ce que pouvait être la vie à l’époque et appréciant le travail architectural et créatif de cette civilisation. Pour le coup, les photos valent mieux que les mots :

Un roi Moché

Un roi Moché

 

 

DSC02749

Une ancienne pyramide

 

Panorama du site principal

Panorama du site principal

 

Un pélican, oiseau sacré à l'apoque

Un pélican, oiseau sacré à l’apoque

Un pélican en forme géométrique, la croix du sud à la place de l'oeil

Un pélican en forme géométrique, la croix du sud à la place de l’oeil

Une statut de ... Une statue quoi ...

Une statut de … Une statue quoi …

 

 

 

 

 

 

 

Nous en avons également profité pour trainer le long de la plage au doux chant de l’océan, et, une fois

Pause sur une embarcation typique

Pause sur une embarcation typique

n’est pas coutume, nous nous sommes reposés, prenant même le luxe de faire notre première grasse matinée du voyage (levé à 9h !).

Pause hamac dans le patio de l'hôtel

Pause hamac dans le patio de l’hôtel

La suite de l’aventure va nous amener dans la cordillère blanche pour, si tout va bien, un trek de 4j, parait-il l’un des plus beaux de la cordillère. Mais cela se mérite : 8-9 nouvelles heures de bus, de nuit, seront nécessaires pour atteindre ce rendez-vous prometteur !

 

Leave a Reply