Bye Bye Buse

Bye Bye Buse à gros bec

Après ces 2 jours au coeur de la réserve, nous prenons la direction d’un autre lodge afin de passer notre dernière nuit. La journée est placée sous le signe des jeux avec 3 activités prévues : Canopé, Tyrolienne et Canoë. Avant notre départ, nous avons un dernier coup de chance, la buse à gros bec qui nous survolait régulièrement vient se poser non loin de nous, l’occasion d’une dernière photo dans la Tambopata.

Après une heure de marche et 30mn de bateau à moteur sur le Rio Madre de Dios, nous arrivons à notre nouveau lodge. Et là, 3 bonnes surprises nous attendent. La première, c’est que le lodge est très classe, on est sur un standing supérieur à ce que nous avions dans la réserve, mais c’est un peu normal car il est moins reculé . La seconde, c’est que l’environnement est riche, nous entendons de nombreux cris d’oiseaux que nous ne connaissons pas.

Un vrai petit chien ce Pécari

Un vrai petit chien ce Pécari

Pépé et Pépa, le couple du mois

Pépé et Pépa, le couple du mois

La troisième, c’est que certains animaux ont été semi-apprivoisés : deux petits singes, 2 Aras Rouges (ou Scarlet Macaw) et un Pécari à collier. Comme vous vous en doutez, je suis tout de suite scotché à ces animaux qui, malgré qu’ils restent sauvages, permettent de s’approcher très près, voir de les toucher. Le moins farouche est le pécari, habitué à venir manger sur le lodge depuis qu’il est petit. Les plus drôles sont les deux Aras, Pépé et Pépa, qui passent leur temps à se chamailler et à courser les touristes qu’ils ne sentent pas (notamment 2 françaises qui ne pouvaient pas approcher du bar si ils étaient là).

Mes chouchous jouent dans un arbre

Mes chouchous jouent dans un arbre

Déjeuner et petit jeu au sol

Déjeuner et petit jeu au sol

Mais les plus attachants étaient les deux jeunes singes : un Atéle noir (singe araignée) et un Alouate (ou singe hurleur). Je les ai observés de loin au départ car nous partions pour les premières activités, mais il me démangeait sévère d’aller les voir pour essayer de les amadouer un peu. C’est un fantasme de gosse que d’avoir ses petits singes à soi, que l’on peut caresser, avec lesquels on peut jouer.

Comment ne pas craquer ?

Comment ne pas craquer ?

Le pont suspendu ce sera déjà bien...

Le pont suspendu ce sera déjà bien…

Finalement, Fernando arrive à me décrocher de ce spectacle afin de nous amener faire les deux premières activités. Nous y allons presque à contre-coeur

Euh ... Quelqu'un peut me faire descendre ?

Euh … Quelqu’un peut me faire descendre ?

tellement nous aurions aimés rester à contempler le spectacle  qui nous était donné par les animaux sur le lodge. Surtout que, il faut bien l’avouer, le parcours aventure était plutôt adapté aux enfants qu’à des adultes comme nous : une tyrolienne d’à peine 100m et un pont suspendu encore plus petit. La sécurité de la tyrolienne étant plus que moyenne, Emilie a décidé de ne pas tenter le coup. De mon côté, dans le prolongement de mon expérience Liane de la veille, j’ai voulu me prendre pour Tarzan encore un petit peu. Résultat je me suis retrouvé bloqué avant d’arriver … Super l’homme singe …

Urubu Noir

Urubu Noir

Les nids en forme de poires du Cassique

Les nids en forme de poires du Classique

 

Le pont suspendu nous a par contre permis d’observer quelques espèces d’oiseaux, notamment de revoir de prêt l’Urubu noir (black vulture). Nous avons également pu voir les Classiques Cul-jaune, dont les nids sont plus célèbres que leurs hôtes (par contre impossible de prendre l’oiseau en photo…). Nous avons également enfin pu voir un pic que nous cherchions à observer depuis le début de notre trip, caractéristique de l’Amérique latine mais toujours difficile à observer.

Enfin te voilà !

Enfin te voilà !

 

Après le déjeuner, un petit tour en Kayak sur le Rio (pas de photos, c’était trop risqué pour les appareils), sympa surtout que la journée les Caïmans, très nombreux ici, dorment tous, ce qui minimise les risques en cas de chute à l’eau. Nous croisons des chercheurs d’or qui travaillent encore d’arrache pied afin de récolter les quelques pépites qui restent encore au fond du rio. Mais nous ne prolongeons pas trop l’expérience, tant l’envie est forte de retourner au lodge profiter du spectacle animalier.

Apeuré par une charge de Pépé, le petit hurleur me monte dessus

Apeuré par une charge de Pépé, le petit hurleur me monte dessus

Pas de jaloux, des papouilles pour tout le monde

Pas de jaloux, des papouilles pour tout le monde

 

Ce sont des moments privilégiés que de pouvoir passer un peu de temps avec des petits singes et des Aras. Surtout que nous devons nous habituer à ce type de contact vu ce qui nous attend lors de notre prochaine mission de volontariat. J’ai du mal à décrocher mon attention de ces deux petits singes, et c’est finalement eux qui, appelés par la faim, me laisseront pour aller manger les feuilles et fruits qui leurs servent de repas.

 

Trop fier ! ... Mais je garde mes distances quand même !

Trop fier ! … Mais je reste vigilant quand même !

Pépé n'est pas décidé, mieux vaut rester à distance

Pépé n’est pas décidé, mieux vaut rester à distance

Pas grave, je me rabat alors sur les Aras ! Ils sont farouches et cherchent en permanence à nous choper; Et il faut faire gaffe car leurs becs crochus peuvent faire des dégâts (La casquette d’Emilie peut en témoigner !). Mais avec le temps, en leur parlant gentiment (si si), on peut tout d’abord les caresser puis, avec encore un peu plus de complicité, les amener à venir sur votre bras. Il parait que lorsqu’on leur fait boire un peu de vin mélanger à de l’eau, ils répètent ce que l’on dit. Nous ne tenterons pas l’expérience … On ne partage pas notre vin !! :-)

Nous finissons donc nos 3 jours en Amazonie comme ils avaient commencés : émerveillés et heureux. Si il y a bien un endroit qui nous fera revenir dans cette région du monde, c’est bien celui là.

 

2 Responses so far.

  1. Raph & Jess dit :

    Salut les aventuriers !
    Vos photos et vos récits font toujours rêver ! Nous venons de lire vos aventures en Amazonie et vu de notre côté du globe c’est exotique !!
    Ca frôle le reportage animalier tout ça ;o) Scotché comme devant Arte !

    Des bécots et à bientôt

    • Jean-François Legrand dit :

      Merci ! De notre côté nous avons hâte de voir vos photos des iles cook !
      Pleins de bisous, on vous tient au jus pour un prochain skype !

Leave a Reply